En ce temps-là, les coccinelles avaient les ailes toutes rouges et bien lisses. Personne ne s'en inquiétait et la vie s'écoulait douce, entre pucerons et nectar, jusqu'à ce qu'un jour une jeune coccinelle voyant s'approcher Noël, eut envie d'une belle parure pour orner ses ailes nues.  Les vieux pépés coccinelles qui radotaient  sans cesse dans leur mandibules gâtées, qu'avant c'était pas comme ça, lui donnèrent en grand secret un vieux grimoire tout poussiéreux. Et là, elle découvrit une bien étrange histoire:

Il y a fort longtemps, toutes les coccinelles avait de jolis points noirs sur le dos. C'était bien pratique pour apprendre à compter  à l'école. D'ailleurs elles comptent toujours très bien jusqu'à sept. Il paraît même qu'une surdouée nommée Théa punctata saurait compter jusqu'à vingt-deux !

Le Roi des Coccinelles avait épousé une Reine fort volage. Un jour qu'elle s'était envoyé en l'air avec un bourdon de passage, il entra dans une grande fureur. De rage et d'un revers de main, il la jeta à terre, balayant du même coup, tous les points  noirs de son dos. Rouge de honte, la Bête implora le Bon Dieu de lui rendre ses points, mais celui-ci resta coi.  Dépitée, la Belle refusa désormais, de dire s'il fera beau dimanche.

Elle eut beau frétiller des élytres et battre des paupières, rien n'y fit. Le Roi instaura derechef un permis à points et décréta qu'à l'avenir, à chaque papillonnade, roucoulade,batifolade, dépuceronnade et tutti quanti, on perdrait  une bille. Et toc.

Vous pensez si les vilains et les vilaines se retrouvèrent rapidement le dos nu ! Et cela dura, dura,dura... jusqu'à maintenant.

"C"est trop injuste! s'écria la jeune coccinelle, cela a trop duré, faisons la Révolution !"

Dans la vie Monsieur Coccinelle, le nouveau Roi du moment, était un bon bougre mais plutôt myope des choses et de la gente coccinelle.  Il vivait heureux avec la Belle qui chantait tout l'été et même quand la bise fut venue. Bon bougre, mais têtu et obstiné. La révolte des coccinelles, il s'en tapait les paupières avec une pelle à pucerons: la réforme à points il y tenait, comme d'autres tenaient à la réforme des retraites. 

"Foin de toutes ces histoires, elles s'y feront!"

Eh bien, non, Môssieur, elles ne s'y faisaient pas. La colère grondait sous la feuillée. Les  camarades syndiquées rassemblèrent tous les travailleurs, travailleuses qui trayaient durement le puceron, sans un point de plus !

Brandissant l'étendard rouge de la révolte, toutes défilèrent joyeusement.  30 coccinelles selon l'Armée du Roi, 300 000 selon le SDCOEU  (1) . Fières de leur succès, elles se promirent solennellement de faire un sort au bon Roi, lors des prochaines Fêtes de la FDNBR (2).

En attendant, elles se saisirent qui, de leur MAP, (machine à pâte) qui, de leur MAC  (machine à coudre) et se tricotèrent de leurs petites pattes musclées, les ronds noirs de l'anarchie pour les plus engagées et des parures psychédéliques pour les plus audacieuses.

Bonne pomme, la grande Araignée, proposa de leur prêter la Toile, pour inaugurer leurs nouvelles parures, et c'est ainsi que l'on voit ici et là, de blog en blog, voleter de petites créatures ailées que l'on nomme 

les NéoCoBo ou Nouvelles Coccinelles Bohèmes

dont j'ai retrouvé quelques spécimens qui s'étaient égarées sur ce blog.

La première création, ce fut du grand n'importe quoi. Dans l'ivresse de la liberté, on essayait tout ce qui tombait sous  l'antenne. Même une cane plutôt ratée, ( pardon Bounette), un peu sèche, c'était bon, pour se faire la patte.

DSCF0001

Certaines tentèrent le diable:

DSCF0017

D'autres ne voulant pas faire la bête, firent l' Ange:

DSCF0019


Et puis elles s'envolèrent :

DSCF0016


Si vous en trouvez sur votre chemin, ne les attrapez pas, elles aiment trop la liberté!

Notes: (1) SDCOEU: syndicat des coccinelles opprimées et unies.      

(2) FDNBR: Fête de la Désignation du Nouveau Bon Roi

Et voilà! C'est tout pour aujourd'hui!

Bonne nuit, les amis!!